Anna Magazine
You Are Reading

WORK : Ne confond pas courage et témérité

0
Ambition

WORK : Ne confond pas courage et témérité

Par Gabrielle*.

Gabrielle*, femme juive ambitieuse de 26 ans, j’ai souvent rencontré les difficultés à allier ambition, engagement et judaïsme. Aujourd’hui associée à Yossef*, mon héros et bourreau, j’espère partager avec vous les miracles mais aussi les aléas d’un parcours sans limite et sans barrière où j’ai dû passer par la fenêtre devant des portes trop souvent fermées.

Encore un adage de ma mère qui me poursuit depuis des années. Je dois avouer que j’ai souvent causé des soucis à ma mère qui me voyait affronter tous mes combats, sûre de moi, sans jamais penser que cela ne la rassurait pas.

Pourtant, elle m’a soutenue dans tout ce que j’ai choisi d’entreprendre. Quand en même temps que mes études de science politique, j’ai voulu m’investir et militer, elle a été la première présente à la première manifestation que j’ai organisée. Elle a été celle qui m’a prêté de l’argent qu’elle n’avait pas pour concrétiser des projets; elle a été celle qui me défendait quand j’étais attaquée et elle a été celle qui m’a suivie quand je lui ai dit que je me lançais dans l’entreprenariat. 

Elle est mon soutien inconditionnel.

 Face à de nombreuses situations, certains ont tendance à penser que je n’ai pas peur mais au contraire je suis traumatisée par la peur. Elle agit comme une adrénaline. Plus j’ai peur, plus j’y vais. Cela m’a souvent servi à obtenir ce que j’ai aujourd’hui mais elle ne disparaît jamais.

 Je suis traumatisée par la peur.

Il est vrai qu’il m’est arrivé de prendre des risques, professionnels, personnels, physiques et autres mais je ne peux m’empêcher de rire quand la réflexion vient de ma mère qui est sûrement la femme la plus téméraire que je connaisse.

Elle, la femme prête à sortir de sa voiture pour aller défendre seule une femme se faisant agresser par un homme. La femme qui part avec ses deux enfants en bas âges quand son mari a décidé de lui manquer de respect. La femme qui conduisait seule durant des heures et à n’importe quelle heure pour que l’on parte en vacances. La femme qui a travaillé plus que tous les hommes tout en nous offrant une enfance incroyable. Une enfance dans la politesse, la culture, le loisir et surtout l’envie de réussir.

On dit souvent de ma soeur et moi que nous aimons les micros. Nous avons été élevées à réussir et à nous battre pour ce que l’on veut.

Aujourd’hui, au sein de ma vie professionnelle et personnelle, être une femme est encore se confronter à des traditions compliquées à entendre.

Yossef m’a récemment dit qu’il est normal de préparer les repas pour son mari quand il rentre. Je ne sais pas s’il dira toujours cela quand je lui dirai que je rentre tôt pour préparer les repas d’Aaron.

Au contraire, Aaron ne me l’a pas demandé, mais j’ai terriblement envie de rentrer préparer le repas pour notre foyer.

Aaron me dit que j’ai peur de ce qu’il va se passer entre nous, ce qui est étonnant pour moi qui suis d’habitude si courageuse.

Mais c’est justement parce que j’ai peur que je sais que dois foncer. C’est quand j’ai peur que je fais les bons choix.

Alors courage ou témérité ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.