Anna Magazine
You Are Reading

WORK : Star d’un jour 

0
Ambition

WORK : Star d’un jour 

Par Gabrielle. Retrouvez l’épisode 1 : Etre une femme dans un monde d’hommes, ici. 

 

Gabrielle*, femme juive ambitieuse de 26 ans, j’ai souvent rencontré les difficultés à allier ambition, engagement et judaïsme. Aujourd’hui associée à Yossef*, mon héros et bourreau, j’espère partager avec vous les miracles mais aussi les aléas d’un parcours sans limite et sans barrière où j’ai dû passer par la fenêtre devant des portes trop souvent fermées.

 

Pour Yossef, les relations humaines sont un fast food. Il adore rapidement mais se lasse aussi vite. Je le vois ne plus se détacher de nouvelles personnes qui entrent dans sa vie avec des discours prometteurs. Je le vois régulièrement me dire : “J’ai trouvé une bombe, tu vas voir !”

 

 

Cela peut être Liam le crack de l’informatique, Ava la tchatcheuse des réseaux, Bryan le nouvel acolyte, Sarah la nouvelle femme de sa vie ou Gabrielle sa nouvelle associée sortie de belles études, une vitrine à la hauteur de ses ambitions.  Toutes ces personnes qui défilent…. 

 

Vous m’avez reconnue, j’ai été moi aussi sa star d’un jour, un profil que je connaissais très bien.

 

Avant le business, j’ai commencé dans le monde associatif et politique où je pouvais être la sensation du moment et un souci le lendemain, “une star d’un jour”, en somme. Ceux qui avaient cru en moi, ne me voyaient que comme une potiche et une potiche n’ouvre pas sa bouche, elle soutient.

Soutenir un homme, est-ce cela le seul destin des femmes ambitieuses ?

Combien de fois il m’a été demandé d’accompagner, d’intervenir, de mener des projets mais de ne trouver personne pour les concrétiser ?

 

“Gabrielle, ça serait bien que tu organises un voyage pour des jeunes leaders. Gabrielle, ça serait bien que tu mettes en place des conférences sur ces sujets. Gabrielle tu pourrais venir à ce Chabbat….”

Inversement je connaissais la messagerie de leur boîte vocale par coeur.

Je ne sais pas si leur ingratitude était due à une faiblesse de ma part ou si ce n’est en fin de compte que la nature humaine. 

Combien de personnes de mon entourage proche ou éloigné, admiraient les soirées où j’étais conviées, les compliments que je recevais ou les gens que je fréquentais !

Quand ma mère m’accompagnait, on l’accaparait pour vanter mes mérites. 

Soutenir un homme, est-ce cela le seul destin des femmes ambitieuses ?

Paradoxalement, quand tu te retrouves seule face à des engagements trop ambitieux pour toi et qu’il ne te reste vraiment rien, tu réalises à quel point tout cela est éphémère. La vie des autres s’est construite, la tienne est restée à la case départ et les promesses de tes admirateurs ont été oubliées. 

Après être passée par des phases de colère, de tristesse, de déception et de révolte, j’en suis à l’apprentissage.

Tout cela est de ma faute.  

J’ai appris qu’on te prend ce que tu donnes et que c’est à toi de ne pas tout donner. 

J’ai appris qu’on n’impressionne pas les gens en acceptant tout.

J’ai appris qu’aucun engagement ne doit passer avant son bonheur personnel.

J’ai appris que si nous ne nous défendons pas, personne ne le fera pour nous. 

Aujourd’hui, je ne suis plus la star de Yossef, mais je suis toujours à ses côtés et s’il donne son admiration à la moindre rencontre et que mon travail et moi-même semblent acquis, transparents et presque usés, je sais que je n’ai pas besoin d’être sa star parce que je suis la mienne. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.